Archives du mot-clé 4 ans

Programme rééducation (2)

Anne la kiné est repassée nous voir 🙂

article sur la première fois : https://journalvulkanesque.wordpress.com/2013/10/29/programme-reeducation/

Le petit bilan qui fait plaisir, c’est qu’elle valide mon ressenti : Vulkan a progressé, se tient mieux quand il se concentre. J’ai même presque eu droit à une image de bonne élève lol

  • Elle a ajouté une difficulté à l’exercice « marcher droit », puisque maintenant on doit le faire tête basse… ce qui n’est pas simple du tout, Vulkan a tendance à s’écrouler sur l’avant-main et donc peser sur la main pour avancer. Mais il a rapidement fait l’effort de réussir deux pas corrects, donc ce n’est qu’une histoire de temps et de rigueur, mais la progression va se faire 🙂
  • Ensuite, on passe à cheval. Bon, Anne a pu voir que nous ne travaillions pas dans les meilleures conditions pour la concentration, très loin de là : les chevaux sortis au paddock, pendant qu’on bosse, les poulains shets qui font les fous à côté de la carrière, les vaches qui se lâchent après avoir été parquées pour que leur stabulation soit nettoyée, … et la carrière qui n’est qu’un ovale gondolé.

Mais on fait avec ce qu’on a !

  • Au pas, Anne corrige ma cambrure, qui gène la propagation de l’énergie le long de la ligne du dessus. Elle me l’avait déjà dit car m’avait vue à cheval lors d’un colloque sur la légèreté, mais tant que ce n’est pas corrigé en direct à cheval, c’est dur d’y penser. Donc là j’ai pu vraiment m’y attarder quelques minutes et je vais m’efforcer de corriger tout ça (tout en continuant les mes exercices de gainage qui vont aussi dans ce sens).
  • Ensuite, on fait un exercice tout simple mais qui demande de l’autonomie de la part de Vulkan et qui va renforcer sa confiance en ses postérieurs. Je fais plus ou moins la morte à cheval et il doit aller tout droit. Dès lors qu’il dévie, je corrige en bougeant les épaules de 30° en sens inverse et je le laisse repartir droit (enfin c’est l’idée ^^). Au  pas, ça donne rapidement de chouettes résultats sur la rectitude.
  • Nous nous mettons au trot et là… cata. Vulkan est ailleurs (on parlait, du coup il s’est déconnecté), il se creuse, du coup j’interviens trop dans les mains… STOP ! On reprend, et Anne sort la phrase qui m’était nécessaire : « Tu cherches trop à le travailler ». Une petite claque salutaire, car c’est vrai. Je ne supporte pas de le sentir creux, je tiens à ce qu’il s’étende, mais je lui en demande trop pour là où il en est. Et Anne de continuer : « Là, tu n’as pas de trot, il n’avance pas. Commence par avoir du trot avant tout. » C’est exactement ce que je pense et ce que j’avais analysé de la dernière séance montée, elle confirme donc bien mes impressions, avec en plus une remise en ordre des priorités.

En discutant, on finit par savoir le pourquoi du comment : la carrière étant impraticable sur plusieurs zones, je mets moi-même un frein à Vulkan sans le vouloir. Dans cette carrière, je n’arrive jamais à voir de point de fuite enthousiasmant pour avancer, car systématiquement il faut couper le bout, éviter la piste etc etc.Donc rapidement, on appliquera tout ça en extérieur.

  • Et comme Chouchou, une fois de nouveau au trot avec une cavalière qui n’intervient plus, en profite pour faire n’importe quoi (se traverse dans un coin, se couche dans un autre…) c’est le moment d’appliquer les corrections vues au pas et ce sans rupture d’allure ! Et ça porte très vite ses fruits : nous passons le coin où il se traverse systématiquement (même en longe) sans facétie de sa part, il se tient 🙂

Je vois bien l’intérêt psychologique évident qui nous fera un grand bien : Vulkan va devoir augmenter nettement son temps de concentration. Et l’intérêt physique : il doit utiliser son postérieur interne comme appui pour pivoter de 30 ° sans rupture d’allure, donc il va reprendre confiance en son arrière-main et gagner en symétrie.
Quant à moi, ça m’obligera à être plus rigoureuse sur mon dos, jusqu’au sacrum et à me relâcher davantage au trot.

Donc voilà les pistes de travail qui nous attendent, avec en plus …

  • de la musculation : on continue la guêtre lestée de plomb, mais alternativement sur les deux antérieurs désormais. Et ensuite on fera les postérieurs.

Ca va bosser Chouchou !! Mais avant ça, il aura une semaine de repos pour cause de fêtes en famille 😉 Ah… et pas de galop monté pour le moment !

Et petit bonus pour Vulkan, il est étiqueté « cheval intelligent » par Anne ^^

Allez j’en profite pour me lâcher : Chouchou, il est parfait 😛

Rééducation en cours… et autres

Petit point.

Cela fait deux semaines que la kiné est passée pour voir Vulkan.

Nous avons donc appliqué le programme :

  • marche en main avec une guêtre alourdie sur l’antérieur gauche, pendant 10 minutes la 1ère semaine puis 15 minutes la seconde, 2 fois par semaine
  • demande de marche en ligne droite en main (que Vulkan ne tombe pas sur son épaule gauche en ouvrant sa hanche gauche, mais qu’il « remonte » son bipède latéral gauche). Il a eu du mal à comprendre les 2 premières fois, et puis à la fin de la 2e fois c’était acquis. Maintenant il suffit que je le mette près d’une barrière pour qu’il se redresse  et « range » son côté gauche. C’est vraiment un petit cheval adorable.
  • étirement des antérieurs bien dans l’axe, près du sol et étirement des postérieurs vers l’arrière : Vulkan a du mal à se concentrer sur ce genre de travail en statique, il se déséquilibre, cherche à me papouiller, et il semble ne pas pouvoir supporter d’étirer ses postérieurs plus de 20 secondes consécutives. L’objectif est de faire 3 fois 30 secondes, donc j’espère une amélioration progressive dans les deux semaines qui viennent.
  • abdominaux en statique : pas simple non plus pour lui de bien comprendre ce que je voulais au début. Maintenant il ne s’inquiète plus mais je ne peux pas dire que ce soit parfait… ça reste à améliorer.

A côté de ça, je lui ai refait un shiatsu, espérant qu’en incitant son corps à se rééquilibrer dans son ensemble, le résultat n’en sera que plus durable.

Et j’ai intercalé deux séances de petit travail en longe, pas forcément indiquées pour la rééducation, mais Vulkan grossit et il retrouve de l’énergie, donc j’ai senti qu’il était temps de redemander de petites choses. Simplement des transitions entre le pas, le trot, l’arrêt et le reculer, sur le cercle. Ce n’est pas parfait, il quitte son cercle quand il recule, mais ça me va car j’instaure des codes plus discrets que les habituels et je trouve qu’il y met vraiment du sien. Résultat de ces transitions (et du travail de rééducation sans aucun doute), il s’est mis en extension d’encolure sur son cercle. C’est totalement nouveau, jusqu’ici il s’appuyait sur moi avec son épaule lorsque je lui demandais de descendre le bout du nez, rétrécissant son cercle et venant me coller. Là pas du tout, il était sur son cercle et j’ai pu le renvoyer plus loin tout en l’incitant à descendre, ce qu’il a fait avec entrain. Beaucoup de pauses grattouilles pour récompenser et on a refait ça plusieurs fois aux deux mains pour confirmer le nouvel apprentissage.

Et j’ai ajouté des déplacements latéraux en main au pas, d’abord pour voir comment il pouvait alléger son côté gauche : pas terrible. Il fait de beaux efforts pour son épaule, mais il traine encore son postérieur gauche avant de le lever… donc abducteurs faiblards. Pour le déplacement de la droite vers la gauche, l’épaule droite est très bien mais le postérieur droit a du mal à engager sous la masse, même s’il se soulève du sol bien plus aisément que le postérieur gauche. Donc l’asymétrie est encore bien présente, je referai l’exercice par la suite pour voir l’évolution.

Sinon plus globalement, je trouve Vulkan mieux dans son corps : il a plus d’énergie, il est joueur, il est très affectueux… bref il est lui-même, de nouveau 🙂

Programme rééducation !

Ca y est, Anne la kiné est passée voir Vulkan.

Bilan : il s’affale sur son épaule gauche, son dos n’est jamais aligné et au lieu de compenser son entorse du postérieur gauche sur l’antérieur droit, il a fait « pas comme les autres » et a tout décalé en latéral. Du coup, un bipède latéral gauche faible et un bipède latéral droit qui fait tout le travail. J’avais bien noté la hanche droite plus haute, le billardage de l’antérieur droit, le poids sur l’épaule gauche et l’évasement du pied qui va avec… mais pas l’alignement du dos, que je n’avais jamais observé comme ça.

Donc on a du travail, Chouchou et moi !

D’abord, me mettre à la couture (merci Anne 😛 ) pour lester une guêtre avec du plomb. Bon, j’ai trouvé les plombs aujourd’hui. Reste à coudre, avec une doublure, sur mes petites protecs en néoprène. Ensuite, on ira marcher avec ça selon un programme progressif.

Et puis il y a des étirements à faire pour réaxer les antérieurs.

Et puis des séries d’abdos en statique parce que Chouchou et moi, on est pareil… manque de tonicité abdominale, lombaires qui trinquent, kiné et gainage pour les deux ! Et ouais 😛

Et puis marcher droit (le DOS droit ! ).

Et puis étirer les postérieurs.

Et puis aller patauger de temps en temps sur 50 mètres.

Et puis une sortie montée au pas de temps en temps.

Voilà pour le mois à venir… on ne va pas s’ennuyer 😛

Et comme je l’ai noté, pour moi aussi c’est kiné (pas la même ^^ ), sciatique aussi, besoin d’un bon gainage et de lâcher les tensions… Anne m’a bien confortée dans l’idée que ça sera d’autant plus confortable pour Vulkan une fois en selle, car ma cambrure bloque certains mouvements du dos.

En bref, on se refait une santé pour devenir un duo moins bancal 😛

Petite recherche sur une attitude étendue vers l’avant et vers le bas

Vulkan 19.10.13 descente d'encolure 2 Vulkan 19.10.13 descente d'encolure 3 Vulkan 19.10.13 descente d'encolure 4 Vulkan 19.10.13 descente d'encolure

Un titre à rallonge, mais parler ici d’extension d’encolure serait un peu maladroit, parler de descente d’encolure pas tout à fait suffisant à mon sens… bref !

Ca fait longtemps que je cherche à travailler Vulkan dans cette attitude, où le postérieur interne va sous la masse, ayant pour résultat un étirement de la ligne du dessus jusqu’à une extension d’encolure, si possible paroxystique.

Oui, sauf que je n’arrive pas à obtenir ceci en longe. On a essayé, mais ça ne va pas. Vulkan étant en recherche constante de contact et de proximité, dès que je demande quelque chose sur son cercle il se rapproche inexorablement et si je le renvoie ça met du désordre, il ne comprend pas bien et semble frustré.

Du coup, qu’à cela ne tienne, on passe à cheval. Et il se trouve que Chouchou répond très bien. Il a compris le principe et cherche de lui-même à s’étendre.

Bien sûr c’est très imparfait, tant dans ma demande que dans ses réponses parfois trop en arrière de la verticale, parfois avec trop de pli… mais pour une première je suis très satisfaite de constater qu’il a compris l’idée.

Les pistes de travail sont nombreuses, mais je le sens fatigué, donc je ne sais pas trop encore comment je vais organiser notre travail des semaines à venir. Soit un travail léger mais régulier, quasi-uniquement au pas associé à des balades aux trois allures, soit s’il est vraiment trop fatigué, une balade hebdomadaire et le travail à proprement parler attendra qu’il reprenne la patate.

Je pense que le travail sera de toute façon orienté après le passage de la kiné.

Et hop, balade aux 3 allures, bonheur

Après la première balade en groupe rebondissante, j’ai ressorti le fauve pour une balade solo, mais sur la même piste que la dernière fois, où j’avais essuyé quelques coups de cul de sale gosse 😛

On part, je fais attention à moi, à être la plus centrée possible, je laisse les rênes, il vole quelques départs au trot, on corrige, on travaille les arrêts à l’assiette. Ok.

Ensuite on arrive (après avoir eu les pétarades de moto-cross à 10 mètres de nous pendant de longues minutes, après avoir eu un copain cheval qui fait le fou dans le pré à 3 mètres de nous et une copine de la balade précédente qui arrive au galop en face… Bref après tout un tas de choses qui auraient pu le perturber mais pas vraiment à part quelques foulées de trottinement et un secouage de crinière)… on arrive donc sur le fameux espace avec la « piste de galop » improvisée.

Chouchou n’est pas fou, il se souvient, donc il chauffe un chouilla. J’en profite pour recaler des arrêts à l’assiette et récompenser à la carotte. On fait trot-pas-trot deux fois et il secoue la crinière à chaque départ au trot. Je dis que ça suffit et il part normalement, je donne donc les rênes. Il vole un départ au galop, on reprend le trot rênes plus ajustées, puis peu à peu, il se cale, je rends petit à petit des rênes et on fait les 3 quarts au trot, je finis par demander un petit galop sur le dernier quart : bien. Transition descendante ok.

Et nous voilà à enchainer un trotting-galopping, on s’engouffre dans des chemins improvisés pour doubler la surface de notre espace de jeu comme une amie cavalière me l’avait conseillé. Chouchou commence à se cadencer au trot et tend son dos, cherche à s’étirer… j’ai un micro contact du bout des doigts pour l’inciter à continuer mais le reste du temps il est rênes longues au trot et rênes semi-longues puis longues au galop. Arrêt à l’assiette du galop du tonnerre… il m’épate ce petit, c’est dingue le frein qu’il a ! Et le bilan : zéro coup de cul 😛 Bien moins frustré quand il n’y a pas de juju chaudasses à côté 😛

Bon, le galop… c’est pas ça. Il est de travers, je pense à une gêne physique. Il a un peu osé développer quand même, mais pas assez pour dire qu’il se sentait vraiment bien.

A force, il a bien transpiré, donc on rentre au pas. Il trottine encore un peu, donc je rectifie, on refait des arrêts à l’assiette mais sur le chemin du retour bizarrement c’est moins bien 😛 Je finis par en récompenser un à la carotte, mon stick tombe, je me dis que c’est parfait, j’en profite pour rentrer à pied après avoir dessanglé. Tu l’as bien mérité mon bouchon !

Voilà, bien fière de lui sur cette sortie, on a beaucoup de choses qui feraient peur à bien des chevaux… il a 4 ans, sans mors, débourré depuis peu (ou plutôt en fin de débourrage)… je serais bien difficile de ne pas être satisfaite !

Demain, c’est séance de shiatsu pour lui, par ma prof Mélanie Vigot. Ca devrait lui faire du bien car je pense qu’il a une sciatique. Mais je vais me faire gronder parce qu’il est trop gros… Enfin, si on peut se faire des trottings et galoppings, il va fondre le gros Chouchou !

1ère balade à plusieurs

Bien malade, très fatiguée, je me suis dit que je ferais bien une petite balade tranquille.

Et puis deux cavalières de la pension partaient faire un tour, donc je les ai accompagnées, en précisant bien que c’était la première balade avec d’autres chevaux pour Vulkan.

Au début, parfait élève : une des juments ne tenait pas le montoir, j’ai donc aidé la cavalière à monter et Vulkan a fait son fier avec deux montoirs parfaits tandis que les copines ne tenaient pas en place lol. Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il a un côté frimeur.

Ensuite, on part au pas, il trottine un peu mais je suis rapidement rênes longues, cool cool. Je fais un test d’indépendance, il prend sur lui mais accepte de rester arrêté en laissant les copines partir. Je félicite et on rattrape au petit trot.

On arrive sur un genre de piste de galop sauvage, autour d’un espace cultivé. C’est très grand, et les juments ont l’habitude d’y galoper. Elles commencent à chauffer sagement et Vulkan se dit qu’il doit bien y avoir quelque chose de top à faire ici ^^

Pour être chouettes avec moi, les filles se contentent d’un trot  sur le tour. Mais les juments savent qu’elles pourraient s’éclater bien davantage, et Vulkan l’a bien compris aussi ! Résultat, je suis sur une balle rebondissante 😛 Coups de cul, foulées de galop volées, secouage de crinière… Je m’applique à ne jamais lui laisser un point d’appui sur le side, à être décontractée dans mon corps même si ma tête est au max de la concentration pour que ça ne vire pas au gros bordel. Au final, même s’il gigote et me réclame par tous les moyens de lui laisser les rênes, il se contient et tout se passe proprement. Bon et puis… finalement, je tiens encore bien en selle, je suis restée à ma place tout ce temps, pas vraiment chahutée.

Les filles auraient bien refait un tour, mais étant déjà bien fébrile avant de monter, je ne me sentais pas la force de recommencer d’emblée. Donc on est rentré au pas, un peu de trottinement encore, un pile pour attraper une pomme tombée au sol (sale gosse ! ) (je ne l’ai tout de même pas laissé faire, faut pas exagérer) et le reste très sage.

Sur la dernière partie j’ai demandé deux petits trots, parfaits. Il était vraiment d’une tonicité sage comme je le rêve.

Du coup c’est décidé, je dois arrêter de négliger l’extérieur, on va en faire tout plein. En plus ça sera un bon moyen d’éviter la carrière.

 

Apporter un peu d’inconnu

Vulkan est quasiment débourré, il évolue aux 3 allures, est sage en carrière comme en extérieur, il a fait ses premiers sauts montés, il connait quelques effets de rênes et de jambes,…

Bien sûr il est loin d’être « au travail », d’avoir une attitude juste plus de quelques foulées à la fois, mais il a les bases pour continuer sa progression.

Du coup, j’en profite pour lui faire connaître d’autres cavaliers, et aussi un environnement différent.

Amélie est passée à la pension et en a profité pour bidouiller un peu en liberté avec Chouchou. Il hésite un peu plus que si c’est moi, mais il s’y met.  J’ai fait la détente montée et ensuite c’est Amélie qui s’est mise en selle. Encore une fois, Vulkan a été sage. Il a tout de même volé quelques départs au galop, un peu par préférence physique (il est un peu mal à l’aise à main gauche et préfère être au galop à droite (donc à faux) que de trotter à main gauche), mais il part tellement doucement dans son galop, tout équilibré et cadencé, qu’on n’a presque pas envie de le corriger ^^

Bref, Chouchou est un grand bébé encore, mais il s’adapte bien au changement de cavalier (il a eu 3 cavalières en plus de moi pour le moment, c’est bien suffisant ! ). Et… on n’a presque plus d’arrêt intempestif ! Ca, c’est un sacré progrès, mais la prochaine étape c’est « plus du tout d’arrêt intempestif » 😛

Et puis j’ai emmené, grâce à Nadia qui a fait le transport, mon fidèle Chouchou à un stage d’équitation centrée.

Idéal pour une première sortie : accueil dans un paddock avec un copain à côté, bien clôturé (ça vaut mieux), où Vulkan a pu se détendre après la route et avant de commencer le stage.

IMG_5293

IMG_5290

En plus de ça, on a passé une heure et demie à pied pour à peu près une heure à cheval, uniquement à l’arrêt et au pas. Ca va, pas vraiment intensif pour lui ! ^^

Il s’est quand même montré un peu impatient à l’arrêt, se demandant pourquoi on ne bougeait pas et intrigué par un copain invisible qui appelait. Mais une carrière inconnue, des chevaux inconnus, tantôt moi tantôt Amélie sur son dos… il n’a pas fait de bêtise et n’a pas cherché à aller dire bonjour à tout le monde. Bon par contre, il a repris ses habitudes de bébé à me papouiller partout du nez pour se réconforter ^^

SAM_0394

Ensuite, retour dans son paddock, puis le copain s’en va et disparait de sa vue, provoquant un petit moment de stress, d’appels… je suis allée près de lui, vérifier qu’il n’allait pas sauter les clôtures tout de même, puis il s’est calmé gentiment.

Que dire sur le stage lui-même ? C’était vraiment très bienfaisant… et je ne compte pas m’arrêter là. Respiration ventrale, élargissement du champ visuel, correction de sa posture à pied, à cheval, conscience, vigilance…

L’autre satisfaction, même si on avait travaillé la montée en van, c’est qu’il est monté comme une lettre à la poste à l’aller et au retour. Et il a très bien voyagé. Ce n’est pas rien, en tout cas pour moi ! Fakir ayant toujours été délicat à transporter, je suis infiniment plus sereine avec Vulkan.

Voilà pour les petites nouveautés apportées dans sa vie !

Ah et Monsieur Chouchou a accepté d’être toisé, avec la toise d’Agathe, notre hôtesse 🙂 Il mesure donc 1m54 à 4 ans, c’est officiel ^^