Archives du mot-clé impulsion

Petite claque et prise de conscience :)

Ces derniers temps, je travaille scrupuleusement avec Vulkan et Sensa. Les 5 premières séances on eu pour objectif de travailler sur ma position montée avec Vulkan ; et de redécouvrir Sensa à pied, en liberté et sur des petits ateliers de précision.

Bilan :

Je progresse dans mon équitation, plus de symétrie, meilleure main. Mais Vulkan reste en sous-impulsion et pour conserver un contact constant, il se positionne chanfrein en arrière de la verticale. J’ai pensé un temps que c’est à cause du matériel : le side-pull, de part son action sur le chanfrein, ne propose qu’un contact devant et non vers le bas comme un mors. J’ai donc émis l’hypothèse que Vulkan cherchait un contact vers le bas et c’est pour ça qu’il se positionnait chanfrein en arrière de la verticale. J’aurais été au bout de l’expérience : j’aurais trouvé la limite à notre progression sans mors.

Avec Sensa, des progrès aussi, même si les 2-3 premières minutes en carrière elle me propose n’importe quoi n’importe quand, ayant assimilé des gestes de spectacles sans les avoir compris… piaffer (affreux), cabrer (de défense) et quiebro esquissé et tout en raideur quand je demande le reculer… bref ni fait ni à faire. Mais nous progressons ensemble vers la décontraction.

Puis j’ai donné un stage d’initiation au shiatsu équin, auquel Hélène Martineau a assisté. C’est une monitrice formée en éthologie et qui avance très bien en dressage, jusqu’à la haute école. J’ai parlé avec elle de mon raisonnement à propos du mors etc. Elle m’a répondu qu’elle aimait alterner mors et licol et que oui, parfois, certains chevaux se plaquaient un peu plus dans leur attitude en licol qu’en mors. Mais elle a poliment précisé que si Vulkan s’encapuchonne sans mors, il y a de fortes chances que je rencontre le même problème avec un mors… Je savais qu’elle avait raison mais à cet instant je n’avais pas encore fait tout le chemin dans ma tête.

Le soir, je visionne le 2e DVD Transformations de Pierre Beaupère. Et je regarde un petit couple qui est un peu une caricature de Vulkan et moi… Un petit cheval en sous impulsion, et une attitude qui n’est pas constante… Et deux choses sont limpides :
1. nous avons avant tout un énoooorme problème de rythme
2. l’attitude se corrige avec un meilleur rythme et un contact constant

En bref, j’ai vu sous mes yeux les évolutions possibles qui nous sont d’ores et déjà accessibles pour peu que je fasse bien les choses.

Autre point tellement vrai et tellement important : Pierre dit à une des cavalière que ce qui est flagrant, c’est qu’elle ne sait pas où elle va, où elle veut emmener son cheval. Elle pourrait très bien expliquer les sensations qu’elle recherche, mais s’il fallait dessiner le cheval dans l’attitude idéale, elle serait incapable de placer l’encolure et la tête sur son dessin. C’est ma petite claque personnelle bien sentie et bienvenue 🙂

Je ne sais pas du tout où je veux emmener Vulkan. Le piaffer et le passage ne me font pas rêver… je voudrais qu’on danse, faire de la garrocha à terme si possible, qu’il soit sans cesse disponible qu’on s’amuse et surtout qu’il ne se fasse pas mal sous la selle. Mais tout ceci reste très vague et je n’ai pas de vision précise des étapes pour y parvenir.

Je dois donc maintenant travailler avec des images mentales plus précises, et chercher à obtenir une attitude, savoir la conserver, pouvoir en changer à loisir mais toujours sous contrôle et pas, comme j’ai souvent tendance à faire, modifier sans cesse la longueur de mes rênes et l’attitude demandée en fonction de l’impulsion que Vulkan a à tel ou tel moment.

Résultat : deux trèèès belles séances

Séance 6 avec Vulkan : on a cherché à avancer +++++ Développer son pas, avancer dans le trot (le plus compliqué), avancer dans le galop. Le tout avec un contact constant et il est venu dans une attitude horizontale mais tendue, bout du nez en avant de la verticale, dos en place, postérieurs qui propulsent… bref royal pour lui à ce stade 🙂 Et le mors n’est absolument pas la solution à ce stade en tout cas ! Donc pour le moment on continue comme ça 🙂
Maintenant on ne lâche plus rien, c’est une équitation qui ne se bat pas contre le cheval, où il trouve du fun, où je dois être très exigeante avec moi mais où on s’amuse vraiment.

Et je n’osais pas partir en extérieur car avancer était avant synonyme de sortie de la main, de dos creusé… donc faire de l’extérieur pour qu’il se fasse mal je ne pouvais pas. Là il apprend à avancer fort en se tendant, donc l’extérieur va être possible ! Ca fait super plaisir 🙂

Et séance 6 avec Sensa : on a appliqué la notion de contact constant. Ca mis avec le travail en longe vu avec Emilie Haillot, j’ai pu obtenir de Sensa un pas ample et décontracté sur des enchainements de cercles et lignes droites, pour lesquels on a encore un peu de travail à faire en précision, mais c’est vraiment pas mal. Elle ne précipite plus quand je l’accompagne en ligne droite, elle commence à faire onduler son dos dans son pas et elle s’est considérablement horizontalisée, mâchouillant énormément.
Si elle passait au trot elle se reprenait et quand j’ai demandé la même chose au trot, elle s’est bien servie du contact pour se rassurer et cadencer son trot.
Ce qui reste à bosser : elle a une cadence plus élevée à main gauche qu’à main droite.

Mais nous allons dans le bon sens et à moi de me nourrir d’images qui me font envie pour savoir vers où aller précisément, vers où emmener mes loulous si gentils et généreux.

Publicités

Objectif dressage, séance 3

On continue sur notre lancée !

Cette fois Nadège était avec moi (et mes filles), donc j’ai pas mal de photos. C’est elle qui a fait la détente à pied, puis j’ai fait la détente montée et le travail « du moment » puis elle est montée à son tour pour terminer.

Je vais parler de ma partie ici :

Vulkan a bien travaillé. Il a mis du temps à se concentrer, mais une fois qu’il y était, il a donné ce qu’il pouvait le bonhomme 🙂

Et pour la première fois, j’ai eu des sensations de rassembler.

Les exercices d’assouplissement au pas et au trot ont fait leur œuvre, mais j’ai également eu pour la première fois la possibilité de « travailler » un peu le galop. A main droite, il m’a donné 2 foulées d’épaule en dedans, tout compact et tout rond sous la selle, sensation toute nouvelle et exquise !

A main gauche par contre c’était vidéo-gag, on a passé une barre au sol et Vulkan a pris la longue en changeant de pied au-dessus (à noter pour plus tard 😛 ) du coup j’ai souhaité rétrograder et le rassurer, au final il a pilé net me faisant passer devant 😛

La détente montée en freestyle (avec des changements de main qui gagnent en fluidité) :

IMG_2427IMG_2436

Les photos avec du très bon dans les progrès de Vulkan (plus rassemblé, plus tonique dans sa ligne du dessus, plus franc dans le contact) et beaucoup de choses à améliorer me concernant (jambes pas assez descendues ni vraiment à leur place la plupart du temps, tendance à me tordre dans les épaules en dedans…)

Photos et séance avec super impulsion

Le printemps est là, les robes d’été aussi 🙂

Un bon moment à panser mes deux loulous et les voir se dégourdir les jambes ensemble. Fakir est vraiment beau à voir, Vulkan a pris des rondeurs !!

Ensuite j’ai fait une séance de travail à pied avec lâcher en lib à la fin et quelques clichés du Chouchou qui avait encore un peu d’énergie en fin de séance 😛

Il fait plaisir à voir en ce moment, il est dynamique, a une très belle impulsion, il avait envie de jouer, j’ai beauuucoup aimé cette séance tous les deux 🙂 ❤

Au programme :

. pas espagnol, dont la mécanique commence à se mettre en place (il actionne mieux les postérieurs)
. travail sur l’engagement du postérieur interne (en cours de progression). travail sur les transitions de manière ludique

 

De retour sans gros bidon

Ca y est, je suis physiquement libérée ! Retrouvailles au cours d’une séance sous l’eau, pour découvrir mon petit cheval bien dodu déjà… mais encore joli 🙂

Nous avons fait une petite longe avec quelques tests sur l’engagement du postérieur interne pour voir où nous en sommes.

Bilan : il y a du travail à faire sur le postérieur gauche, mais ce n’est pas exactement un scoop.

A part ça, très belle impulsion du bonhomme, il était super à voir se déplacer, fier et léger 🙂

Vivement la prochaine séance, en espérant que le climat nous permettra  de nous amuser un peu plus !

Séance avec Aurélie :)

Si la proprio est au repos à la maison, le cheval lui travaille 🙂

Donc Vulkan, après sa séance avec Nadège Dimanche, a travaillé avec Aurélie Mardi 🙂

Une séance axée sur la réponse à la jambe d’incurvation, les variations d’incurvation, les évasements de cercles…

Premiers évasements de cercles au galop, quelques déplacements latéraux au trot bien propres d’après Aurélie 🙂

A côté de ça, reste une franche asymétrie dans l’utilisation des postérieurs, mais super moral et de l’impulsion !

Il a demandé le galop de lui-même à la détente et l’a tenu sur deux tours de carrière sans sollicitation de sa cavalière… et il a manifesté l’envie d’aller sauter un obstacle alors que ce n’était pas demandé lol Aurélie l’a donc redirigé, mais lui était partant, oreilles pointées sur la barre 😀

Tout ceci est positif, qu’il ait de l’impulsion et le moral chargé à bloc prouve qu’il n’est pas dans la douleur. Donc pour le reste, ce n’est que du fignolage 🙂

Longues rênes : transitions et 2 pistes

Ce matin, après un pansage et des étirements, c’était parti pour une séance de longues rênes.

Comme toujours ces temps-ci : détente libre dans la carrière, un peu des 3 allures en liberté avec plus ou moins de connexion, mais plutôt plus que moins au fur et à mesure 😉

Ensuite je mets les longues rênes, mais pas les miennes, qui sont trop courtes pour le travail du jour. J’utilise donc des longues rênes de taille classique, gentiment prêtées par une amie 🙂
Je commence à envoyer Vulkan à main gauche… et je me rends compte de quelques ajustements nécessaires : je veux garder ma rêne intérieure libre pour pouvoir faire mes rênes d’ouverture, donc je sors la rêne intérieure du surfaix. D’autre part, la longueur des rênes ajoutant du poids, le side a tendance à tourner, donc je fais un système D avec la sous-gorge que je passe dans les anneaux des montants du side pour le stabiliser.
Résultat satisfaisant, on peut commencer 🙂

Je suis trèèès satisfaite du comportement de Vulkan, qui s’est montré franchement réactif et prompt à la mise en avant. Il reste des progrès à faire en matière de précision, notamment sur les transitions vers le pas, où il hésite entre le trottinement et l’arrêt. Mais l’impulsion est là, la disponibilité aussi 🙂
Pour la première fois nous avons travaillé pour de « vrai » la transition pas-galop. J’ai profité du fait que les codes pour les transitions montantes ont été récemment affinés et révisés pour demander de la même manière à Vulkan de partir au galop du trot (impossible quand je suis à l’épaule), puis de partir au galop du pas.Il a vraiment donné de sa personne et ça fait du bien de le voir aussi participatif et volontaire ! Il y a quelques semaines encore, il n’aurait pas eu la force, ni l’énergie, ni la confiance en son arrière-main pour me donner cette séance. Le travail paie véritablement 🙂

Par moments, il se redresse, gagne en rebond dans son trot, rassemble son pas… bref je le vois améliorer ses allures, et c’est merveilleux !

Ensuite, nous avons commencé le travail de deux pistes pour améliorer le rassembler par le renforcement du dos. Donc tête au mur 🙂
En théorie, on est censé maitriser parfaitement l’exercice au pas avant de passer au trot. J’ai tout de même opté pour enchainer les deux allures, car au trot l’impulsion est plus forte et la rectitude plus facile à obtenir. Il s’ennuie moins également. Donc j’en suis là, à tenter ma chance par cette alternance des allures.
Globalement je trouve qu’on a de jolis moments, même si rien n’est parfait bien sûr !

Progrès notables… :)

Séance multiple hier, au soleil.

Pansage à rallonge avec étirements, bisous and co 🙂

Début en liberté, juste qu’il se dérouille librement puisque j’ai banni la longe pour quelques temps.

Il n’est pas connecté, profite de manière évidente de mon impossibilité de gérer les 4 coins de la carrière pour n’en faire qu’à sa tête. Pas grave, je me contente de le mettre en mouvement et de prendre des photos.

Pour autant, au bout d’un moment il se connecte et finit par un super galop très allant et retour vers moi enthousiaste.

Ensuite, je mets le side-pull. Travail sur le déplacement des épaules sans qu’il pivote l’arrière-main. C’est un exercice de base, mais qu’on n’a que très peu fait dans le passé et surtout, qui lui demande de reporter du poids sur son arrière-main et de maitriser chacun de ses pieds.
On a eu beaucoup de travail dessus, et il doit vraiment beaucoup se concentrer pour y parvenir. Mais c’était pas mal au final. On a enchainé hanches, épaules et déplacements latéraux par suggestion.
Tout ça est à retravailler pour plus de précision, mais ça l’a mis dans les bonnes dispositions pour la suite.

La suite donc : travail à l’épaule en reprenant les exigences des séances passées sur les transitions simples mais nettes, l’impulsion… et donc les épaules en dedans sur suggestion de la rêne extérieure.
Je ne suis malheureusement pas toujours à ma place… et on voit sur la vidéo que je fatigue physiquement à cause de « gros bidou ».

Globalement, je suis ravie. Il a fallu quelques rappels à l’ordre pour les transitions au début, mais on a trouvé notre code pour qu’il reste disponible dans l’arrêt, c’est bon ! 🙂
Il a considérablement amélioré son attitude globale, son impulsion, sa disponibilité… Bref il retrouve son brillant et c’est ma plus belle récompense.

Le travail à main droite est moins facile car il a plus de mal à engager le postérieur droit. De plus, je suis moi-même moins à l’aise à cette main et comme je finis par ce côté, j’ai la fatigue qui se fait sentir également.
On reprendra par la suite de manière plus équilibrée.