Archives du mot-clé travail à l’épaule

Progrès notables… :)

Séance multiple hier, au soleil.

Pansage à rallonge avec étirements, bisous and co 🙂

Début en liberté, juste qu’il se dérouille librement puisque j’ai banni la longe pour quelques temps.

Il n’est pas connecté, profite de manière évidente de mon impossibilité de gérer les 4 coins de la carrière pour n’en faire qu’à sa tête. Pas grave, je me contente de le mettre en mouvement et de prendre des photos.

Pour autant, au bout d’un moment il se connecte et finit par un super galop très allant et retour vers moi enthousiaste.

Ensuite, je mets le side-pull. Travail sur le déplacement des épaules sans qu’il pivote l’arrière-main. C’est un exercice de base, mais qu’on n’a que très peu fait dans le passé et surtout, qui lui demande de reporter du poids sur son arrière-main et de maitriser chacun de ses pieds.
On a eu beaucoup de travail dessus, et il doit vraiment beaucoup se concentrer pour y parvenir. Mais c’était pas mal au final. On a enchainé hanches, épaules et déplacements latéraux par suggestion.
Tout ça est à retravailler pour plus de précision, mais ça l’a mis dans les bonnes dispositions pour la suite.

La suite donc : travail à l’épaule en reprenant les exigences des séances passées sur les transitions simples mais nettes, l’impulsion… et donc les épaules en dedans sur suggestion de la rêne extérieure.
Je ne suis malheureusement pas toujours à ma place… et on voit sur la vidéo que je fatigue physiquement à cause de « gros bidou ».

Globalement, je suis ravie. Il a fallu quelques rappels à l’ordre pour les transitions au début, mais on a trouvé notre code pour qu’il reste disponible dans l’arrêt, c’est bon ! 🙂
Il a considérablement amélioré son attitude globale, son impulsion, sa disponibilité… Bref il retrouve son brillant et c’est ma plus belle récompense.

Le travail à main droite est moins facile car il a plus de mal à engager le postérieur droit. De plus, je suis moi-même moins à l’aise à cette main et comme je finis par ce côté, j’ai la fatigue qui se fait sentir également.
On reprendra par la suite de manière plus équilibrée.

On remet la liberté au programme cette année

Ptit point physique en cet hiver des 5 ans :

IMG_9934

Nouvelle résolution 2015 ? Et non, même pas ! Simplement, Vulkan en a marre de marre de la longe, que je lui impose depuis plusieurs mois pour cause de petite forme physique me concernant. Alors mes séances de longe n’ont certes rien d’une mise sur orbite, mais il n’en reste pas moins qu’il en a ras-le-bol.

On perd l’envie, on perd l’intérêt, bref je perds mon cheval et ça c’est juste intolérable.

  • Donc j’ai commencé par faire une séance de longues rênes il y a quelques jours. Quand j’ai détendu en longe, mes craintes se sont confirmées : Vulkan a soupiré de manière trèèèès expressive. Ok bonhomme, t’inquiète c’est juste le temps que tu te dérouilles et après on passe aux longues rênes.
    Donc petite séance pas mal du tout, quelques réglages à faire pour cause de manque de pratique, mais on a fait pour la première fois des enchainements de déplacements latéraux avec rééquilibrage en ligne droite entre deux… bref une ligne courbe revisitée, en pas de côté.
    J’ai à cœur qu’il réagisse uniquement à la rêne extérieure, donc ça rend la chose un peu technique, mais c’est bien venu 🙂
  • Séance suivante, j’ai laissé ma longe au placard et ai commencé directement en liberté, sans rien attendre de lui puisqu’on n’en fait pour ainsi dire jamais et que je savais très bien qu’il était utopique d’obtenir immédiatement la connexion d’antan.
    Il a fait son truc de son côté au début, puis est venu me retrouver et on a un peu évolué au pas et au trot ensemble, sans que je lui demande quoi que ce soit d’autre que sa disponibilité. Résultat, de très jolis cercles au trot, avec de l’allant, de l’application sur son attitude globale… bref un petit cheval très participatif.
    Ensuite on a travaillé à l’épaule. Après avoir cherché plus de rectitude, j’ai demandé des transitions simples mais que je veux pétantes. Une des plus compliquées à obtenir pour nous : arrêt-pas. Ca n’a l’air de rien, mais pour avoir l’arrêt calme et droit tout en conservant une disponibilité totale… hum. Ca nous a posé quelques soucis et ma patience a été mise à rude épreuve, honnêtement.
    Quand je demande l’arrêt, il le fait très bien, souvent carré, mais il coupe le moteur. Résultat, quand je demande le pas, il met 3 secondes à réagir si je ne renforce pas ma demande avec le stick. Au bout d’une grosse dizaine de demandes sans amélioration, j’ai fini par râler et mettre du moteur pour de bon. Résultat, il ne tenait plus son arrêt correctement… bien sûr…
    Donc j’ai enchainé en demandant directement le trot, afin de lui permettre de rester mentalement plus disponible. Arrêt-trot, ce n’est pas parfait du tout, mais c’est mieux que arrêt-pas.
    Et la meilleure transition a été arrêt-reculer-pas.
    J’ai terminé là-dessus, dans le calme et le plaisir d’un exercice bien réalisé.
  • Et ce soir : liberté pour commencer… et finalement ça a occupé la majeure partie de la séance.
    Vulkan était plutôt bien avec moi, je lui ai proposé un tas de petits exercices qu’on avait rarement vus ou pour certains il y a très longtemps.
    Une belle série de choses imparfaites, donc, mais en même temps une jolie disponibilité de sa part.
    Bref, j’ai aimé ce moment et le voir en vidéo me permet de mesurer le chemin qui reste à parcourir dans les divers ateliers.
    Ensuite j’ai repris le travail à l’épaule, mais surtout pour avoir un cheval droit sur ses cercles (presque bien, sachant que je ne lui facilite pas toujours la tâche de part mes propres déséquilibres et mon gros bidon) et pour faire quelques épaules en dedans (pas mal du tout mais à peaufiner encore).Vulkan eed épauleJ’ai fini sur 2/3 transitions de l’arrêt et elles étaient belles belles belles !! 😀
    Malheureusement pour le travail à l’épaule je n’ai quasiment rien en vidéo faute de place sur la carte mémoire… donc je devrai me filmer une prochaine fois pour mieux cerner l’étendue des dégâts… ou pas 🙂

Calins et travail vers les variations de position d’encolure

Je me suis fixé pour objectif de dresser en side-pull avec Vulkan. Soit. Reste que je tiens à lui enseigner l’extension d’encolure et je souhaite obtenir des cessions de mâchoire.

Pour les cessions de mâchoire, on n’y est pas encore, je dois chercher.

Mais pour le contact et l’amener à suivre la main vers l’avant et vers le bas, nous avons fait notre première séance sur la question, et elle est plutôt prometteuse. Je commence par lui expliquer ce que j’attends à l’arrêt, puis on travaille au pas, en commençant par un redressement d’encolure pour l’inciter à suivre la main pour aller vers l’extension. C’est encore timide et hésitant, mais le principe est compris.

On commence par un moment de tendresse comme on les aime… ❤

3e séance montée

Sans titre00

On commence par une partie à pied, Vulkan bosse bien, il reste distrait mais moins que la séance précédente.

Ensuite un peu de travail à l’épaule, dans lequel il est de plus en plus à l’aise.

Et je monte. Pour le montoir, c’est top, il reste avec moi, mais la carotte n’y est pas pour rien, il attend sa récompense. Tout de suite, ça concentre 😛

Sinon rapidement il essaie de décider un tout petit peu de la direction, puis de l’allure. Et bien sûr il ronchonne quand il voit que ce n’est pas possible. Sachant que dans cette carrière il a pris la mauvaise habitude de partir au galop vers une des extrémités en liberté, quand il se retrouve dans la même configuration apparente, il n’est pas content d’être retenu. Donc mes premiers cabrers sur Chouchou sont dans la boite… hum, pas prévu quand même, mais pas méchant non plus.

Ensuite, avec plusieurs arrêts-récompense, il commence à piger ce qui est le plus confortable. Et on finit sur une partie où j’avais prévu de faire une diagonale dans la carrière, il essaie d’esquiver, réfléchit, s’arrête, repart… sans se fâcher 🙂 Alors on est loin de la précision qu’on est censé avoir sachant qu’il maitrise la direction à pied à l’épaule, mais au moins mes demandes sont de moins en moins contestées !

Et juste avant de descendre, quelques foulées de trot demandées voix + jambes, pour la première fois. Il va droit, il est à l’écoute et sage : je descends !

2e séance montée

Bon, la matinée commence bien, j’arrive à l’heure de la sieste, gros calin avec Chouchou 🙂

Ensuite, pansage, avec un Vulkan très peu à l’écoute, qui hennit… il faut dire que j’ai de la visite, Nadège est venue nous voir, donc je papote et je suis moins présente. Résultat : on retrouve les soucis de déconcentration des semaines passées. J’enchaine avec un peu de conduite dans la carrière, qu’il se détende. Un peu de trot à chaque main, puis travail à l’épaule.

Pour le travail à l’épaule, quelques très bonnes choses : des cessions de mâchoire, un début de placer, un dos qui se tend… Et des mauvaises : il continue de hennir, il fait parfois l’anguille et ronchonne d’être contraint. Je continue jusqu’à l’avoir relativement calme, puis je monte !

Le montoir aurait pu être top, mais il s’est mis à mastiquer une chambrière qui trainait… donc déconnexion…

Et de là, après avoir marché avec entrain, il a commencé à vouloir se rendre plus indépendant, à regarder les copains, à éviter les zones de la carrière qu’il n’aime pas. Il m’a donc sorti tout un éventail de trucs et astuces pour éviter la contrainte… jusqu’au salut de la reine MDR.

Et comme finalement ça n’a pas marché… il a fini que quelques pas avec entrain, arrêt et je suis descendue.

Bon… séance mitigée, parce que bien entendu j’aurais préféré la même application que la dernière fois. Mais c’est aussi très agréable pour moi d’apprendre à le connaitre monté, de sentir jusqu’où il ose ou pas aller pour dire non, de réussir à lui montrer dans le calme qu’il faut tout de même qu’il s’y mette, même si ce n’est que pour quelques pas.

La selle par contre se fait sérieusement attendre, parce que je serai plus stable et sans doute plus confortable pour lui 😉

La suite la semaine prochaine 🙂

Vulkan monté, séance 1 (les images)

Et si… finalement on m’a rapporté mon appareil photo !! 😀

vulkan

vv

Donc j’ai la séance, enfin surtout le travail à l’épaule car pour la partie montée on est beaucoup hors champs : j’avais recadré vers le montoir car je ne pensais pas qu’on se déplacerait avec autant de facilité 🙂

Pas grand chose à ajouter, à la fin j’ai demandé un chouilla de trot avant l’arrêt final, juste pour voir s’il osait, ça le fait 🙂

1ère séance de travail monté

04604542-photo-canon-powershot-sx40-hs

Le débourrage est officiellement commencé pour Mister Chouchou !!

A la base, je voulais simplement travailler un peu à l’épaule avec le side. Donc on met en place tout ça, avec quelques rectifications car Vulkan essaie d’évaser pour éviter les flaques en forçant sur la main, donc là non, correction immédiate. Il le fera 3 fois de suite, la 3e fois je corrige sèchement avec un reculer rapide et des yeux très très noirs…

Ensuite, le parfait petit cheval, qui vient se poser sur la main (trop bon !), qui passe exactement là où je le prévois, qui évase un peu le cercle en épaule en avant, qui le réduit quand je décale mes deux mains… bref je cale les aides du travail monté, avec du contact, mais le contact que j’aime : léger, constant, franc… avec une rêne intérieure qui discute, obtenant ainsi un début d’incurvation et une oreille vers moi 😉

Il est tellement bien que je me dis que je devrais transposer monté. Oui, mais je n’ai pas de bombe, c’est à cru… j’ai un moment d’hésitation, il le sent et se déconnecte pendant le montoir, donc je redescends, je respire, je retravaille le contact jusqu’à être sûre qu’il se réfère vraiment à mes indications au bout des rênes.

Et je monte. Là, de suite, je me sens bien. Et je sens qu’il change d’attitude, il est totalement avec moi. Il commence par quelques pas de reculer, sa mauvaise habitude qu’on corrigera petit à petit, puis marche avant simplement par conviction personnelle et code vocal (il ne connait pas les jambes pour l’instant et l’assiette c’est encore un peu flou). Et là… parfait. Il se pose sur la main, il est régulier, précis dans la direction, on varie les courbes, on va droit, je le sens totalement concentré et à l’écoute, détendu… Le travail fait ces derniers temps sur moi quant à mon « leadership » se ressent beaucoup, je le sens hyper serein sous moi, pas du tout inquiet d’être « seul » avec l’environnement.

Bref je finis par descendre (il faut bien), énorme câlin 🙂

La séance a été faite sans aucune friandise, je voulais qu’il soit vraiment concentré sur ce qu’il ressentait et pas sur l’arrivée prochaine de la récompense.

Et pour finir, quand je le ramène au pré…

Mon Fakir était en pleine sieste, veillé par Volga. C’est très très rare que je voie Fakir couché, et là je suis allée le voir, j’ai gardé Vulkan à distance (encore une fois, je suis vraiment montée en grade, Vulkan a stoppé net quand je le lui ai dit, alors qu’il allait embêter Fakir par jalousie), mon grand Loulou était heureux comme tout d’avoir des grattouilles sur la tête, il s’est allongé de tout son long à mes pieds (!!!), puis a soupiré, il s’est roulé et s’est levé.

Et ensuite, des bisous et au revoir les poilus !

Voilà.. que du bonheur…

J’aurais bien aimé en avoir un souvenir, mais… mon appareil photo a disparu dans la nature quelques heures plus tard… 😥